Le traitement de la corrosion

Avant de parler de protection cathodique, il convient de faire un petit rappel.

La corrosion attaque les aciers du béton armé. En effet, les aciers des structures béton armé sont soumis à des agents et environnements agressifs (chlorures, carbonatation) qui peuvent conduire à leur dégradation. Cette pathologie provoque des désordres sur le parement béton (éclats, épaufrures, fissures) et peut aboutir à la diminution des caractéristiques mécaniques de l’ouvrage.

Cependant, BTPS Atlantique dispose d’une gamme de traitement électrochimique qui permet de répondre à cette altération :

Corrosion Pont de Dignac

  • Protection cathodique des aciers du béton, par courant galvanique ou imposé
  • Réalcalinisation (remontée du pH du béton)
  • Pour les structures les moins altérées, inhibiteur de corrosion.

Ces prestations interviennent en complément de la réparation classique par purge des zones de béton altéré, décorrosion des aciers et ragréage au mortier. Par ailleurs, elles permettent de pérenniser les réparations effectuer et donc l’ouvrage traité, en assurant l’homogénéité du milieu environnement les aciers du béton et notamment en évitant l’apparition de couples anodes/cathodes plus ou moins localisés.

Focus sur la protection cathodique :

La protection cathodique des aciers des ouvrages en béton armé peut être réalisée :

Par courant galvanique. Il s’agit de disposer à proximité des aciers du béton des anodes dites sacrificielles, généralement en zinc, afin de favoriser l’apparition d’un courant galvanique de protection entre les aciers du béton et ces anodes. Les anodes de protection cathodique par courant galvanique peuvent prendre plusieurs formes : anodes cylindriques disposées dans des percements (anodes forées, discrètes), feuille ou ruban de zinc, zinc projeté, peinture etc.

Par courant imposé. Un ensemble anodique, généralement en titane revêtu, relié localement aux aciers du béton et alimenté par un courant électrique permet d’assurer dans le temps la protection des aciers de la zone de béton équipée. Ces anodes peuvent prendre la forme d’un treillis, de rubans ou d’anodes tubulaires insérées dans des percements aménagés dans le béton.

Cependant, les procédés de protection cathodique des aciers du béton sont régis par des dispositions normatives (NF EN ISO 12696 ; NF EN ISO 15257) et font l’objet d’une certification CEFRACOR dédiée. Moyennant quelques ajustements et précautions de mise en œuvre, ces procédés peuvent également s’appliquer aux ouvrages en béton précontraint.



YouTube
LinkedIn